Souk à l'époque de la construction du barrage (hiver 1950-51)

En 1929, les premières études furent menées par le bureau Coyne et Bellier
sur la faisabilité d'une retenue d'eau dans les environs de Ouaouizerth.
Les pouvoirs publics marocains s'engageaient dans un projet ambitieux :
la construction du plus puissant ensemble hydro-électrique du Maroc.

Construction du barrage de Bin el Ouidane

Les travaux débutèrent en 1948. Cinq ans après, en 1953, le barrage de 132 mètres
de hauteur pour 290 mètres de longueur
, longtemps demeuré le plus élevé
d'Afrique, était prêt à retenir un milliard et demi de mètres cubes d'eau.

Construction du barrage (amont)

Construction du barrage (aval)

Alimenté dans sa partie sud par les eaux de l'assif Ahansal et, à l'Est,
par celles de l'oued El Abid, le lac s'étend sur une quinzaine de kilomètres
au sud de Ouaouizerth.
Après une traversée souterraine de la montagne, ses eaux alimentent en
contrebas l'usine hydro-électrique d'Afourer et permettent, à travers un
immense maillage de plusieurs centaines de kilomètres de canaux,
l'irrigation de 112 000 hectares dans la grande plaine du Tadla.

Afourer et la plaine du Tadla

Au total, le complexe de l’oued El Abid doit pouvoir fournir 600 milliards
de kilowatt/heure
, soit les deux tiers de l'électricité d’origine hydraulique
du Maroc.
Pourvu d’un grand évacuateur de crues en "saut de ski" d’une capacité de
2 500 m3/s, le barrage de Bin el Ouidane possède une superficie de 3740
hectares
pour une profondeur maximum de 120 mètres, ce qui en fait une
retenue d’eau se situant, en importance, entre le lac d'Annecy (2760 ha)
et celui du Bourget (4450 ha).

Lac de Bin el Ouidane

e-mail : infobin@ymail.com

Guesthouse